Confinement oblige, le télétravail est devenu, du jour au lendemain, la nouvelle réalité pour une bonne partie des équipes d’Alteo. Mais, afin de rendre tout cela possible, toute une organisation a été mise en place au pied levé grâce notamment à la collaboration entre de l’équipe technique de David Marjolain et Michael Rungiah, Security Officer d’Alteo. Ce dernier raconte comment se sont passé les premiers jours du confinement sanitaire.

Dès le départ, Michael a été au-devant de l’action. Armé de masques et de gants et accompagné de Mario Antonio, il a été de ceux présents aux Casernes centrales au début de lockdown pour récupérer les Work Access Permits (WAP) pour que les employés de la centrale thermique et des activités agricoles d'Alteo puissent travailler. « Ce jour-là, c’était la folie ! Nous avons attendu toute une journée sans manger et boire pour réussir à les obtenir », déclare Michael. Au final il aura dû aller quatre fois à Port-Louis récupérer de nouveaux WAP aux Casernes centrales ainsi qu’au bureau de la Chambre d’agriculture de Maurice.


Mais il n’a pas fait que cela. En effet, grâce à son WAP, il a aussi pu aider l’équipe informatique d’Alteo. « J’ai escorté David Marjolin au bureau pour configurer tous les équipements informatiques des employés afin de leur permettre de travailler de chez eux », dit-il.  Cette étape achevée, il a parcouru toute l’ile, durant près de deux semaines, enchainant les maisons, pour déposer ces équipements chez chaque employé qui en avait besoin. Dès lors, beaucoup ont pu passer en télétravail permettant, à titre d’exemple, le paiement de certains fournisseurs. Et, là encore, l’aide Michael a été précieuse : « J’étais dans le bureau de Marjorie Pierre qui lançait l’impression des chèques depuis chez elle, je vérifiais si tout était en ordre et je les emmenait aux COO pour les faire signer. »


Petite anecdote, lors de l’une de ses « livraisons », sa voiture a eu un pneu crevé ! Heureusement, il a pu compter sur le soutien de ses collègues : « Bashir Allesaib est venu me prêter sa roue de secours et Didier Maujean m’a aidé à changer ma roue avec son kit personnel. »  Pour lui, cette preuve de solidarité en dit beaucoup sur l’esprit d’équipe qui règne en ce moment. « Alteo est comme une famille pour moi et nous devons tous nous serrer les coudes dans les bons comme dans les moins bons moments. C’est ça la famille. » Connu pour sa sacrée poigne auprès de ses collègues, cette ancien membre de la force policière précise qu’il a hâte de pouvoir enfin serrer les mains des siens…

Suggested Articles