30 septembre 2020, St Pierre. Alteo a publié ses résultats financiers condensés pour l’année financière se terminant au 30 juin 2020, et ils montrent une progression par rapport à l’an dernier. Le résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement (EBITDA) sur une base normalisée affiche ainsi une hausse de 5% pour atteindre Rs 1,969 milliards, grâce notamment à une meilleure performance des opérations sucrières d’Alteo à Maurice et en Tanzanie. Par contre, le groupe enregistre une baisse de 8% au niveau du chiffre d’affaires, passant de Rs 8,997 milliards à Rs 8,287 en juin 2020 en raison des faibles revenus dans les clusters Energie et Property d’Alteo.

 « Nous sommes satisfaits des résultats positifs du groupe qui viennent notamment illustrer le bienfondé de notre stratégie au niveau du cluster sucrier, tant à Maurice qu’en Tanzanie, avec une bonne performance de nos opérations sucrières dans ces deux pays. Nous avons aussi bénéficié, à Maurice, d’un meilleur prix ex-Syndicat pour la saison 2019. Malgré cela, la situation de la canne à Maurice reste précaire et nous sommes donc dans l’attente du rapport de la Banque mondiale qui, nous espérons, permettra d’assurer l’avenir de cette industrie », précise André Bonieux, CEO du groupe Alteo. Il souligne également que le groupe a été touché par les conséquences de la pandémie du COVID-19. « Le confinement et la fermeture des frontières résultant de la pandémie ont eu un impact direct sur les résultats du cluster Property, soit la vente de villas à Anahita, ainsi que l’occupation de l’hôtel Anahita Resorts and Villas et du golf. L’incertitude règne à ce stade puisque nous ne nous attendons pas à un retour à la normale avant 2021. Même au niveau du cluster Sucre, qui n’a jusqu’ici pas été directement affecté par la crise, le résultat des exportations sur les marchés internationaux demeure incertain à ce stade, » affirme André Bonieux.

Les profits nets comptabilisés du groupe opérant dans les secteurs du sucre, de l’énergie et du développement foncier passent à Rs 221 millions cette année, contre Rs 1,082 milliards de pertes en juin 2019, soit une hausse de 120%. Cette hausse s’explique principalement par le fait que des charges de dépréciation ont lourdement impacté les résultats de l’an dernier dans les clusters Sucre et Energie.  

Les opérations du groupe au Kenya ont, elles, été touchées par une baisse de prix sur le marché domestique, ainsi qu’un déclin dans la production et les ventes. A Maurice, le secteur énergétique du groupe a, lui, enregistré des résultats mitigés notamment dus aux charges de dépréciation liés à l’ex-centrale électrique de Consolidated Energy Ltd et la baisse de tariff découlant de la renégociation du Power Purchase Agreement entre Alteo Energy Ltd et le Central Electricty Board.

FIN

 

À PROPOS D’ALTEO

Avec un chiffre d'affaires de Rs 8.287 milliards en 2020, et implantée à Maurice, en Tanzanie et au Kenya, Alteo est une entreprise régionale phare dans les secteurs du sucre, de l'énergie et du développement foncier.  

Côté sur le marché officiel de la Bourse de Maurice, Alteo est le principal producteur de sucre de Maurice et exerce son influence en Afrique de l'Est avec deux sucreries en Tanzanie et au Kenya. En 2019-2020, Alteo a produit 284,600 tonnes de sucre brut, 106,500 tonnes de sucre raffiné et 47,400 tonnes de sucre spéciaux.

En sus de ses activités dans l'industrie sucrière, Alteo possède trois centrales électriques, deux à Maurice et une en Tanzanie, qui utilisent un mélange de bagasse et de charbon pour la production d’électricité, le surplus, soit 177 GWh, étant transféré aux fournisseurs d’électricité. L'un des principaux objectifs d’Alteo est d'étendre ses activités dans le secteur énergétique et de devenir un acteur majeur dans la production d’énergies renouvelables à Maurice et en Afrique de l'Est. En 2018, le Groupe affirme son engagement en faveur des énergies renouvelables avec la création d’une ferme photovoltaïque dans l’est de l’île Maurice.

Alteo opère également dans le secteur de l'immobilier haut de gamme à travers le domaine Anahita, l’un des pionniers des projets IRS de l’île Maurice. Par ailleurs, le Groupe s’est aussi  engagé dans l’élaboration d’un master plan en vue d’optimiser son patrimoine foncier hors canne à sucre à Maurice, en développant des projets immobiliers de qualité dans l’est de l’île Maurice.

Suggested Articles